Où l'auteur de ces lignes explique comment lui est venue cette passion pour la typo


Voyage, typographie & culture

 

 

 

Guzet Neige, Ariège

Des racines et des ailes

Conversion à la typographie

Le chemin de Damas

Syrie, DamasNoël 1994, Damas, Syrie. Dans une librairie anglophone je tombais sur le Graphic design + designers édité par Thames & Hudson. En l’ouvrant à la page 189 je découvris que le Times New Roman fut créé en 1931 par Stanley Morison pour le journal éponyme.

Beyrouth, Liban1995, Beyrouth, Liban. A partir de ce jour, débuta ma quête d’informations sur les caractères typographiques et l’histoire de l’imprimerie, écumant les librairies de Beyrouth et fréquentant assidument la Bibliothèque orientale (Université Saint-Joseph) et celle de l’Université Américaine de Beyrouth (AUB).

 

Premières expériences typographiques

De 1994 à 1996, je me suis occupé de la mise en page de divers travaux pour l’animateur socio-culturel du collège libanais où je faisais ma Coopé et en particulier de sa revue biannuelle au nom bizaroïde: Nous du Collège.
En 1997, tout en cherchant mon premier job, je commençais un mémoire de DEA de science politique sur le rôle politique de l’imprimerie à l’époque des Réformes (voir l’intro publiée sur T&C).
Le 1er janvier 1999, je mis en ligne mon premier site web: Typographie & Civilisation.
Ah, j’oubliais: ma première interview en octobre 1999.

 

Interview par un magazine en ligne pour les imprimeurs

Les interviews, c’est comme les cours, l’interviewé a parfois du mal à se reconnaître dans l’interview (ou le prof dans les notes de ses élèves). Enfin! Celle-ci est parue sur Imprimerie-on-line en octobre 99 suite à la parution de la V1 de Caractères sur ce site.

De formation commerciale et politique, Jean-Christophe Loubet à découvert la Typographie alors qu’il avait la responsabilité artistique d’une revue libanaise. Depuis ce jour, il voue une passion intellectuelle à ces suites de petit signes qui composent les mots. Il lance aujourd’hui un site spécialisé dans le domaine. Interview d’un puriste à la passion communicative...

Vous êtes à l’initiative du site Caractère, quels sont ses objectifs ?
Le site comporte deux parties majeures, l’une historique et l’autre plutôt pédagogique. Aujourd’hui, tout le monde utilise la Typographie ! Avec l’informatique sont apparues et apparaissent quotidiennement des myriades de nouvelles typos. Or, il ne faut pas oublier que cela reste un outil répondant à des règles d’utilisation très strictes qu’il ne faut pas négliger. Le site Caractères, tout comme une encyclopédie, présente et commente les règles typographiques de base, avec pour objectif de faciliter la mise en adéquation de la forme d’un message avec son contenu.
Comment définiriez vous la Typographie ?
Donner une définition de la Typographie n’est pas simple : est-ce un Art ou bien une Science? Difficile à dire, tant elle approche ces deux notions de très près. Personnellement, je pense qu’il s’agit de l’art d’utiliser les éléments. Une définition que l’on pourrait clarifier par une expression du genre : quand utiliser quoi et pourquoi le faire. Mais attention, la Typographie est un art codifié qui perd de sa richesse quand ses règles de base ne sont pas appliquées. On peut donc suivre son feeling, mais il faut savoir le tempérer si l’on souhaite une bonne compréhension du message.
Que représente t-elle pour les Arts Graphiques ?
La Typographie joue un rôle extrêmement important dans les Arts Graphiques. Elle permet d’exprimer le coté visuel d’un message écrit. L’utilisation de l’Écrit fixe le message. On retrouve un bonne application de ce précept dans la pub Télé. Depuis quelques années, les spots intègrent des incrustations de mots qui viennent renforcer la promesse du message. C’est une chose qui ne se voyait pas il y à 5 ans. Un bon exemple du rôle de la Typographie !
Que pensez-vous de son adaptation aux différents supports de communication et secteurs d’activité ?
Les contraintes techniques ne permettent pas toujours à la liberté artistique de s’exprimer : la lisibilité et l’émotion doivent primer sur tout le reste, le message doit être rapide à comprendre. C’est notamment le cas pour des secteurs comme la grande distribution, l’hygiène-beauté, où la sélection des typos aboutit très souvent à la simplicité.
Cela dit, pour les connaisseurs de la recherche graphique, l’utilisation originale de la Typographie peut s’affirmer comme un art à part entière. Dans tous les cas de figure, il ne faut cependant pas oublier que les choix typographiques doivent toujours être adaptés au message et à sa cible.
Quelle est la situation actuelle ?
Au tout début, la technique du plomb empêchait toute originalité, puis la photocomposition a permis des créations plus artistiques. L’ordinateur a ensuite conduit à une décadence des principes typographiques de base. Cette décadence se traduit aujourd’hui par une véritable anarchie et il serait vraiment souhaitable de revenir à des usages plus rigoureux. Il est tellement facile de changer de police de caractère qu’il est courant de voir des documents en comportant 5 ou 6 différentes sur une même page ! Il ne faut pas perdre de vue l’objectif d’une communication : faire passer un message. Le désordre n’y contribue guère !
Comment voyez-vous l’avenir de l’art typographique, notamment sur le Web ?
En tant que passionné, j’aimerais retrouver sur Internet, l’harmonie typographique qui semble y avoir été oubliée. Contrairement à l’anarchie dont je parlais pour la communication classique, Internet présente une certaine monotonie typographique, sans doute liée aux technicités de ce media : l’Arial et le Times y sont trop souvent récurrentes.
Les dernières tendances sur Internet me semblent cependant positives. Elles voient l’apparition de nouveaux concepts facilitant l’intégration de typos plus originales, qui s’exportent ensuite sur tous types de supports. C’est le cas de créations récentes qui en quelques mois ont été utilisées par les publicitaires sur des supports et dans des contextes très différents.
La tendance est à la reconnaissance de caractères contemporains. Employés régulièrement ils se trouvent à égalité avec les autres typos plus anciennes. Cela prouve bien que la Typographie est un art qui peut encore et toujours évoluer !

Haut de page

Loup occitan

Imprimerie
& Renaissance

Typographie arabe

Toujours sur Typographie & Civilisation, un préprojet de mémoire de DEA de Science politique sur le rôle de la communauté des libraires et imprimeurs à l'époque des Réformes.

L'Eglise et le livre imprimé avant la Réforme